Défi: les pesticides et la santé

logomondeCe deuxième chapitre du projet Latitude 23°26″16′ est une mission scientifique à vocation d’améliorer la santé.

 

Plus spécifiquement, il s’agit d’étudier les interactions entre l’environnement et la santé humaine. Cela peut regrouper énormément de phénomènes comme les agents infectieux (malaria, chikungunya, ténia etc) mais aussi les catastrophes naturelles ou les agents chimiques comme les pesticides. Je me concentre sur ces derniers et leurs effets néfastes sur la santé. Un herbicide en particulier: le Roundup et plus particulièrement sur son composé actif, le glyphosate.

En Europe, les pesticides sont largement utilisés en agriculture et sont soumis à de nombreuses règles et contrôles. Pourtant de nombreuses polémiques naissent de l’utilisation de produits chimiques dans les cultures. En Amérique Latine et notamment en Argentine, les lois ne sont pas aussi strictes qu’en Europe et une grande partie (plus de la moitié) des terres agricoles sont OGMs, ce qui implique une application intensive de pesticides et surtout le Roundup. Par exemple, en 2009, 19 million hectares de soja transgénique à été planté et 200 million litres de Roundup a été appliqué sur les terres argentines.

toxtoxDe nombreux effets sur la santé ont déjà été reportés par quelques équipes de recherche en Argentine. Deux types d’effets sur la santé semblent avoir lieu:

– à court terme: complications respiratoires, nausées, maux de tête, irritations cutanées, diarrhée.

– a long terme (sur 10 à 20 ans): infertilité, cancers, fausses couches et malformations embryonnaire.

L’article Argentina’s Roundup Human Tragedy de L‘institute of science in society renseigne très bien le problème du glyphosate en Argentine. Avec de nombreuses références scientifiques. Vraiment à jeter un coup d’oeil!

Je me rends donc sur place en Argentine dans la région de Cordoba pour 3 mois, envoyée auprès de l’université hollandaise de Waguenigen par le département de toxicologie (voir ici pour en savoir plus) afin d’enquêter et d’en savoir plus.

Sur place, j’ai deux missions.

  • Une mission purement scientifique qui consiste à étudier le transport du glyphosate par le vent. Est-ce que l’herbicide est effectivement transporté? A quelle dose sur quelle distance? A quelle distance sommes nous protégés de la propagation par le vent?
  • Une mission d’investigation et sociale à la rencontre des gens, habitants, agriculteurs et docteurs afin de confirmer une corrélation entre le glyphosate et les effets sus-nommés.  Cela se fera par le biais d’interviews et permettra de voir la réalité du terrain et la réalité dans laquelle la population vit. Mais pas seulement. Un travail d’éducation est important. Non seulement auprès des populations locales mais bien sur auprès des consommateurs des pays développés qui comme souvent n’ont pas idée de ce qu’il se passe à l’autre bout de la chaine.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s