#2 [Des amis d’amis d’amis, des stats, des champs, des pesticides interdits en Europe, du soja et Monsanto]

_____________________________________

T’étais passée où?
Cela fait un mois que vous n’avez pas eu de nouvelles de ma part
et je m’en excuse! La vérité c’est que mes prévisions étaient un
peu utopiques concernant le management de mon temps.
Les journées de travail sont longues et entièrement
dédicacée à la recherche. Les images pour le reportage
ne manquent pas mais l’édition du film demande beaucoup de temps.

_____________________________________

L’avancée de la recherche scientifique

« Oui oui on verra… »

L’adaptation aux mœurs Argentines, ça passe aussi par l’adaptation aux habitudes de travail. Et ce fut un premier défi. Les 3 premières semaines de mon stage se sont limitées à un travail sur l’ordinateur pour la recherche bibliographique et l’élaboration du questionnaire. Une fois le questionnaire terminé, je me suis retrouvé dans une impasse. J’avais besoin des conseils d’un « expert en questionnaire ». On m’a dit qu’on me mettrait en relation avec des épidémiologistes de l’université afin de m’aider. J’attends toujours de rencontrer ces sus dites personnes…

IMG_20141011_153626

 Ainsi, je me suis mise seule en relation avec une connaissance d’un ami d’amie d’ami pour enfin avancer ! Et la semaine dernière, les choses se sont débloquées, grâce à l’arrivée de ma maitre de stage qui travaille en relation avec l’UNC depuis deux ans.

Ainsi, j’ai compris qu’ici il fallait INSISTER. Même jusqu’à un point qui serait considéré comme mal poli en France.

La hiérarchisation de l’accès aux données

En France, vous cherchez Lieu de résidence 5 ans auparavant des personnes présentes au 1er janvier 2008? Facile, ces données sont disponible ICI, sur le site web de l’INSEE. N’importe qui peut aller chercher ces (très intéressants…) chiffres, l’accès n’est pas limité, et surtout les chiffres existent.

 En Argentine, la technique est tout autre : je vais en parler à une connaissance qui serait susceptible de connaitre quelqu’un qui connaitrait quelqu’un qui aurait accès à ces informations. Il faut donc prendre son mal en patience et aimer les réunions, chose pas trop difficile car j’ai compris qu’il y avait presque toujours des pâtisseries et du maté à la clé !

Afin de demander les statistiques de prévalence des maladies à l’échelle de la province de Cordoba et du pays, j’ai dû me sacrifier et boire au moins 5L de maté. Et je n’y ai toujours pas accès !

En réalité, les statistiques sont soit très mal tenues, soit inexistantes. Cela ne va pas faciliter les choses pour l’analyse des données.

 Autre exemple qui illustre ce phénomène de hiérarchisation : en ce moment même, la collecte d’interviews est mise en supent en l’attente de l’autorisation du Ministère de la Santé. Et on m’a bien dit « Tu es en Argentine ici, ça va pas se faire en une semaine ». Bon, on croise les doigts.

infographie

L’agriculture et les pesticides en Argentine : loin de notre monde

La campagne

map satJe suis allée faire un tour sur Google Earth après avoir vu des mers de champs sous mes yeux lors de trajets en bus dans la campagne. Et j’ai comparé : Ces deux images ont été prises à la même échelle. On voit très clairement que les champs Argentins sont beaucoup plus grands que les champs français (certains presque 10 fois plus !). Ce sont des millions d’hectares cultivés dans toute l’Argentine. On remarque également que la végétation aux alentours des champs est quasi inexistante, empêchant de faire barrière au vent. La campagne est très venteuse, augmentant les risques de dissémination de produits agrochimiques dans les parcelles voisines et les zones habitées.

Qu’en est-il des faits?

On entends dire beaucoup de choses mais on connait rarement les références. J’ai passé des semaines a épluchés les articles scientifiques, 70 articles à mon actif! Mes je vous passerais tous les détails.

Le pesticide le plus utilisé en Argentine, mais également dans le monde est le glyphosate connu sous le nom de Roundup (Monsanto), TouchDown, Clear up, Rodeo etc.

Il a été commercialisé pour la première fois en 1970 sous le nom de Roundup. Il est actuellement autorisé autant en Europe qu’aux Etats-Unis et Amérique du sud.

 D’après la littérature scientifique:

– il est retrouvé dans les eaux de surface, le sol et les sédiments (Peruzzo et al., 2008)

– est toxique pour les animaux aquatiques (Hued et al., 2012)

– les risques sur la santé humaine sont peu connus quoique suspecté de créer des cancers (De Roos et al.,2014) , maladies endocriniennes et parkinson.

Néanmoins, c’est loin d’être l’unique pesticide utilisé en Argentine. Les deux autres produits du top 3 sont l’Atrazine et le 2.4D qui pointeraient à plus de de toxicité que le roundup.

Le 2.4D est un des deux composés qui compose l’agent orange utilisé par l’armée américaine lors de la guerre du Vietnam dans le but de tuer la végétation afin de mieux repérer des airs les troupes au sol. Ce composé est aussi utilisé en Europe sauf interdit en Suède, Norvège et Danemark. Plus d’infos sur la page wiki ici. Il est considéré comme perturbateur endocrinien par ces pays.

L’Atrazine quant à elle a été banni par l’Union Européenne en 2004 car considéré comme trop toxique pour l’environnement et l’homme. Plus d’info sur la page wiki ici.

De manière générale, ces produits sont utilisé en mélanges appelés « cocktails » et appliqués par avion sur les champs.

On remarque que les effets potentiellement toxiques de ces substances sont similaires. Ainsi, il sera sans doute très difficile de distinguer quel produit est responsable de quel effet sur la santé.

Monsanto

Au début du reportage, je ne souhaitais pas faire référence à une entreprise en particulier mais j’ai réalisé qu’il était presque impossible de ne pas mentionner le mot M* quand on parle de cette thématique en Argentine. En effet, l’histoire du bouleversement de l’agriculture du pays est intimement liée avec la firme américaine.Et c’est là que je balance les chiffres :

Capturee

Captureszocomme on peut le voir sur ces diagrammes, la commercialisation du soja transgénique de M* en 1996 a rapidement entrainé l’augmentation de la culture du soja OGM (aujourd’hui, 100% du soja cultivé est OGM) et de l’utilisation de l’herbicide glyphosate (agent du round up commercialisé par M*). Ainsi, les principaux mouvements de contestation sont dirigés contre Monsanto, comme par exemple dans la commune de Malvinas Argentinas (un article y sera entièrement consacré très bientôt).

___________________________________________

Dans la prochaine Niouzléteure, je vous raconte la
découverte de la ville d’étude, mes premières interviews
et la polémique sur l’accord entre l’UNC et Monsanto !

_____________________________________________

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s